Le photojournalisme, c’est quoi ? Et c’est fait par qui ?

Pour sa 8ème édition, le concours Kaléïdo’scoop ouvre une toute nouvelle catégorie. Après les WebTV l’année dernière, c’est au tour du photojournalisme. Manifestations, guerre, évènement sportif… Le photojournalisme est un journalisme de l’action qui raconte l’actualité en image.

En plus, de plus en plus de jeunes s’intéressent et s’emparent de ce média car il permet de dire la vérité et de rendre compte des évènements de manière brute et réaliste, sans détournement. Alors pourquoi pas toi ?

Témoigner de l’histoire

Si je vous dis, « Le Baiser de l’Hôtel de Ville », « La fille à la fleur » ou encore « La jeune Afghane aux yeux verts », nous avons tous en tête les mêmes images. Des clichés historiques, permettant de vivre l’histoire sans vraiment l’avoir vécu.

Apporter un regard singulier, rendre compte des évènements en toute honnêteté, participer à la mémoire collective, … Muni de son appareil photo, voici la mission du photojournaliste. Un travail sur les angles et le cadrage qui demande du temps et un coup d’œil affuté.

Non, vous ne voyez toujours pas de quoi nous voulons parler ? Alors retour sur des clichés et reportages ayant marqués l’histoire du photojournalisme et la carrière de ceux derrière l’objectif.

Emma Prosdocimi – Les Gilets Jaunes de Rage

A 21 ans, elle travaille depuis deux ans pour SIPA Press, l’une des plus grandes agences de photojournalisme. Lors de l’Acte III des manifestations des Gilets Jaunes à Paris, elle plonge au coeur de l’action pour témoigner d’un évènement qu’elle qualifie « d’historique ».

Un reportage qui illustre d’avantage l’humain et sa fragilité que la violence de l’acte et pour lequel elle gagne en 2019, le prix Nikon au festival Les Femmes S’exposent.

James P. Blair – « I Have A dream »

Le matin du 28 Août 1963, James P. Blair documente la marche sur Washington pour l’emploi et la liberté. Sur les marches du Lincoln Memorial, le réverent Martin Luther King Jr prononce son discours « I Have A Dream ». Une initiative personnelle du photographe de National Geographic qui donnera naissance à un cliché historique : Martin Luther King Jr, le bras levé, s’adressant à la foule.

Des prises de vues en couleur pour donner de la modernité à l’évènement selon le photographe et qui permet au spectateur de se sentir « acteur de cette révolution ». Aujourd’hui, le fait d’avoir des preuves en couleur de cet évènement, permettent d’en saisir la proximité historique.

Raymond Depardon – Berlin, 1989

1989. La chute du mur de Berlin est en marche. Dans la nuit du 9 novembre 1989, Raymond Depardon est dépêché sur place par le chef du service photo de Libération. Des photographes du monde entier ont fait le déplacement pour prendre part à l’évènement, mais dans les quartiers du secteur français, à Bernauer Straße, Depardon est presque le seul témoin de l’histoire, seulement accompagné de quelques reporters allemand. Ici, il photographiera des images plus sensibles et montrant des scènes émouvantes.

« Quand je suis arrivé sur place, il y avait beaucoup de monde sur le mur, côté ouest. Le lendemain je me suis rendu dans les quartiers populaires (…) les gens traversaient le mur et éclataient en sanglot quelques mètres plus loin. « 

La conclusion d’un long travail pour le photographe qui aura entretenu avec Berlin une relation particulière pendant plus de 50 ans.

Jeff Widener – Tank Man

Dans la nuit du 4 au 5 juin, le mouvement pacifiste des étudiants de Pékin en hommage à Hu Yaobang, ancien secrétaire du Parti Communiste est écrasé et fait plus de 150 000 morts sur la place Tian’anmen. Le lendemain, un homme s’avance sur la place et bloque la file de char pour réclamer la fin du massacre.

Sur un balcon de l’hotel Beijing, quelques journalistes sont témoins de cet évènement dont Jeff Widener, photographe de l’AP ainsi que Charlie Cole (Newsweek) et Stuart Franklin (TIME).

Trop loin de la scène, Jeff Widener prend quelques clichés avec son Nikon FE2 équipé d’une pellicule avec une sensibilité ISO trop faible, qui l’oblige à photographier à une vitesse basse. Malgré un équipement mal adapté, une unique photo symbolique fera la une des journaux dès le lendemain et marquera a jamais la carrière de Widener.

Magnum Photos – 9/11

Le 11 septembre 2001, deux avions s’écrasent sur les tours du World Trade Center, le mythique centre d’affaires new-yorkais.

Tout autour de la ville, des photojournalistes, membre de l’agence Magnum, vont documenter « l’après ». La panique, le calme, l’incompréhension de l’un des évènements les plus photographié et filmé de l’histoire.

Ailleurs, c’est Richard Drew, pour Associated Press, qui prend l’un des clichés les plus saisissant du 11 septembre : « The Falling Man ». Dépéché sur place, il photographie tout autour de lui, dont l’explosion du haut de la tour nord, ainsi que le saut d’un employé de la tour.

Gerda Taro – La Valise Mexicaine

Photographe de talent, Gerda taro était avant tout une artiste qui formait avec Robert Capa, un couple de reporters engagés.

Persuadée de pouvoir changer le monde avec ses photos, la jeune photographe s’engage à seulement 26 dans la guerre d’Espagne. Son envie : suivre les combats des brigades internationales aux côtés des combattants républicains en tant que photographes de guerre. En 1937, elle rejoint Valence pour couvrir les bombardements et signer un reportage de son seul nom, sans l’associer à celui de son mari, Capa.

Mais au milieu des combats, Gerda Taro est accidentellement renversée par un char républicain alors qu’elle couvre la bataille de Brunette. Elle décède de ses blessures le lendemain en ne se souciant que de savoir si son appareil photo avait été récupéré. Il faut attendre 2007 pour que son travail ne soit enfin reconnu avec la découverte de « la valise mexicaine », trois boites contenant près de 4500 négatifs de photographies de la guerre civile espagnole prises par Gerda Taro, Robert Capa et David Seymour.

Une découverte qui permet de reconstituer l’ampleur de son travail et de préciser le style de la photographe et notamment sa composition travaillée et un sens du détail particulier.

Ces histoires vous inspirent ? Vous donnent envie de, vous aussi, témoigner des évènements qui vous entourent ? Alors n’hésitez plus et tentez votre chance au concours.

A vos appareils photos, toutes les informations et les modalités de participation sont disponibles juste ici ! Ce prix est ouvert à tous les participants, sur participations indépendante ou en complément d’une participation à un autre prix (papier, web,…). Avec autant d’infos et d’inspi, vous n’avez désormais plus d’excuses pour ne pas tenter votre chance.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.